L’ange

À la hauteur des anges
jamais je ne serai.

Je peux bien l’affirmer
j’en ai rencontré un.

Après l’apprivoisement
et quelques bises émues,
on a philosophé,
festoyé, ri, marché…
Mais il est reparti
l’aile alourdie de moi,
de ma vie terre-à-terre
aux prises avec le froid.

Il était irréel
dans sa douceur même,
la tendresse incarnée,
l’accueil au fond des yeux,
un sourire lumineux
qui rend les gens heureux,
la voix tissée d’amour
chaleureuse toujours.

Connaître son visage
fut un grand privilège
découvrir sa bonté
le plus beau des rivages.

Maintenant loin d’ici,
– terre inhospitalière
aux anges comme lui –
je le sais à l’abri
en sa ville rosée
entre mers et montagnes,
lové et ressourcé
à l’amour infini
de bras indéfectibles.

 
Publicités

4 réflexions au sujet de « L’ange »

  1. Ping : Cécile La Gravière, la poésie même | Eva Knauth - Journal de bord

  2. EK

    Émue aussi. Enthousiaste et pétrifiée. La routine, en somme.
    C.L.G, regarde sous tes ongles, tu n’arrêtes pas de griffer le voile qui nous sépare de l’insoutenable Présence. Bienheureuse…

    Répondre

Laisser un écho

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s